Accueil > Electrique et hybride > Voiture hybride > Voiture thermique ou électrique : que choisir ?
2 juin 2021
3362 avis

Voiture thermique ou électrique : que choisir ?

Choisir entre une voiture électrique et une voiture thermique constitue aujourd’hui un dilemme auquel nombreux Français sont confrontés. Une étude récente montre que 77 % préfèrent un modèle électrique. Pour leur futur achat, près de 82 % sont toujours prêts à opter en faveur des versions électriques. Il existe plus d’une raison d’utiliser ce type d’automobile. C’est ce que nous vous proposons d’ailleurs dans cet article : coûts, praticité, émissions. En attendant, procurez d’une Mini Electric, d’une Renault Zoé ou d’une Nissan Leaf auprès des points de vente BYmyCAR. Roulez à bord de ces citadines électriques pour bénéficier d’une mobilité plus responsable aux moindres coûts.

 

Voiture électrique VS voiture thermique : le verdict selon le bilan carbone

Nombreux automobilistes affirment d’emblée que l’automobile électrique affiche un bilan carbone nul contrairement à la voiture thermique. Oui, c’est vrai, mais seulement dans un contexte de roulage. En effet, la voiture propre a les avantages de rouler à zéro émission de gaz à effet de serre. Les automobiles fonctionnant aux hydrogènes, au GLP ou GNV et les véhicules hybrides émettent des polluants en roulant. Cependant, la quantité reste faible. Chez Peugeot, la politique du « down-sizing » a baissé les émissions de CO2 (25 %) de la gamme Puretech. Elle a permis à la 208 de maintenir sa puissance et ses performances tout en restant moins polluante.

La comparaison, basée sur le bilan carbone, ne s’arrête pas sur le taux d’émissions de CO2 pendant les déplacements. Elle prend également en compte l’ensemble du cycle de vie qui comprend la production, l’utilisation et le recyclage. La fabrication et l’utilisation d’une voiture électrique laissent une empreinte carbone de 956 kgCO2e/10.000 km selon l’Ademe. Ce chiffre inclut les facteurs d’émission tels que l’extraction des matières premières, son transport et la production des batteries. Ces dernières occupent à elles toutes seules 45 % de l’empreinte carbone.

Par exemple, la fabrication de la Tesla Model 3 (batterie 60 kWh) affiche une empreinte carbone de 88,55 gCO2/km. Un modèle thermique génère 2.200 kgCO2e/10.000 km. Les voitures à hydrogènes et les véhicules hybrides ont leur propre indice de carbone.

Voiture thermique ou électrique en France : les émissions de CO2

Les efforts dans l’accélération de la transition vers la mobilité responsable poussent à choisir entre une automobile propre et thermique. Pour trancher, les citoyens peuvent se servir des données de l’outil en ligne de Transport et Environnement (T&E). Très utilisé en Europe, cet outil confirme qu’en France, un véhicule électrique émet moins de CO2 que son homologue thermique. L’écart s’élève à 77 %. Au sein de l’Union Européenne, les émissions de CO2 ont diminué de 63 % grâce à l’utilisation des voitures électriques.

Cependant, des progrès sont à faire du côté des constructeurs de véhicule électrique. Son taux d’émissions de CO2 affiche un chiffre plus élevé de 30 % par rapport à celui des voitures Essence ou Diesel. La fabrication des batteries lithium, dont l’extraction de manganèse/cobalt/lithium est nécessaire, cause du tort à l’environnement. La production et l’usage de moteur thermique impactent également sur l’environnement, car ils impliquent l’extraction d’hydrocarbures.

Les motorisations électriques affichent une dépense moyenne de 15 à 20 kWh/100 km contre 6 L/100 km pour les thermiques. Ces chiffres sont valables pour une version neuve. Ils peuvent augmenter dans le cas d’une voiture d’occasion surtout en fin de vie. Sachez qu’une batterie propre dure 8 ans et le moteur thermique peut assurer son fonctionnement pendant 17 ans environ. Ainsi, une voiture thermique émet jusqu’à 1.800 kgCO2e/10.000 km contre 120 kgCO2e/10.000 km pour une version électrique durant son utilisation.

Pour moins de pollution et faire des économies : voiture électrique ou thermique ?

Aujourd’hui, les voitures électriques constituent le moyen de transport de deux à neufs places participant efficacement à la transition écologique. L’énergie électrique est devenue une alternative incontournable au carburant classique et au biocarburant. Les automobilistes les utilisent pour parcourir de longs trajets avec zéro émission. Les batteries propres de grandes puissances offrent, en effet, une meilleure autonomie électrique. Chez Dacia, par exemple, la citadine Spring bénéficie jusqu’à 230 km d’autonomie et procure une agréable sensation de conduite. Certains modèles de SUV électrique, comme la nouvelle GAC Aion LX, profitent de 1.000 km de rayon d’action.

Les voitures électriques sont plus chères à l’achat par rapport aux voitures thermiques équivalentes. Par exemple, une Peugeot 208 1.2 Puretech 75 Active (5 places) coûte 18.250 euros. En version électrique, la Peugeot 208 Active affiche un prix de 32.800 euros. Toutefois, le bonus écologique de 6.000 euros et la remise de 5.000 euros permettent d’abaisser son prix d’acquisition. De plus, le coût de la recharge d’un véhicule électrique est très faible le rendant très économique pour une utilisation à long terme. En heures pleines, il est de 0,146 euro/kWh et 0.125 €/kWh en heures creuses. Il faut, donc, 1.75 euro pour charger une batterie de 12 kWh qui offre une autonomie de 100 km. Pour une voiture essence avec une consommation de 6 L/100 km, il faut 9.78 euros pour acheter du SP95. Le prix d’un litre d’essence à la pompe s’élève à 1.63 euro sur le marché actuel des carburants.

Pour plus de praticité, choisissez une voiture électrique.

Une voiture électrique est, d’ailleurs, très pratique pour les usages quotidiens. Il suffit de la brancher sur une borne de recharge publique ou une prise domestique pour faire le plein d’électricité. Actuellement, on recense 49.914 points de recharge en France qui proposent une puissance de charge de plus de 50 kW. Cet effectif est quatre fois mieux que le nombre de stations d’essence. Par ailleurs, l’entretien d’un moteur électrique est nettement moins compliqué que celui d’un bloc Diesel ou Essence.

Est-il possible de convertir une voiture thermique en voiture électrique ?

Transformer une voiture thermique en voiture électrique est désormais possible grâce au procédé « retrofit électrique ». La métamorphose consiste tout simplement à remplacer les systèmes de motorisations par une nouvelle configuration électrique. Elle nécessite aussi l’installation d’une batterie performante. Ce changement de moteur peut coûter jusqu’à 20.000 euros. Transition-One cherche un moyen de réduire ce tarif dans les années à venir en mettant en place une aide gouvernementale.

 

 

Découvrez également :

E tense

Voiture electrique

Financement voiture/ loa occasion

Zoe occasion

Citadine électrique

Modèles de voiture/ voitures hybrides

Meilleure voiture électrique

Autonomie des batteries voiture

Voitures électriques neuves pas chères

Recharger voiture électrique

Choisir voiture/ trajet en voiture/ voiture électrique offrira

Batterie auto/ batterie du futur/ technologie de batterie électrique

Zoe e tech électrique

Achat de voitures en occasion

Véhicule neuf

Véhicule particulier

Constructeurs automobiles

Crossback puretech

Crossback e tense électrique

Voiture particulière électrique neuve

Bornes électriques/ carte des bornes de recharge/ marché des bornes électriques/ recharger voiture électrique

Voiture zéro émission